Terres intérieures (3)

Je prends conscience de mon tempo entre la lune et le soleil. Je le dépose avec soupirs et espoirs. Je reconnais mes émotions et je pose des actes le plus possible en fonction d’elles. J’ai pris en main ma responsabilité de vie, c’est le moins que je puisse faire pour mon humanité!

La compréhension et l’acceptation de mes rythmes est le moyen pour moi de m’enraciner. C’est ma façon d’être la plus alignée au vivant de cette terre et ma nature . C’est mon ultime façon d’être sur un chemin de guérison naturelle. C’est ma façon de me libérer d’un formatage socio-médico-économique dans lequel je n’ai plus envie d’évoluer. C’est ma façon de trouver mon autonomie.

Le temps n’est plus linéaire. La roue du temps me révèle

La fleur de vie peut s’ouvrir, mourir, renaître, grandir en moi à chaque émotion traversée et acte posé.

Il n’y a que le dedans ! Cette intériorité qui vibre vers l’extérieur comme des milliers de ronds dans l’eau. Ma plus grande histoire d’amour c’est moi. Le miroir qu’il m’importe de réfléchir à la vie est de panser ma blessure originelle : la séparation d’avec moi même. Le faire en conscience me permet de sourire entre les larmes, de crier mes douleurs dans un éclat de rire.

Mon âme est venue jouer à la terre dans mon corps

Et le confinement est arrivé!

Un cadeau ?

Un temps zéro où aucune pression extérieure ne pouvait interférer dans ma bulle. Je pouvais vivre pleinement selon ces lois intérieures dans mon écosystème. Comme dans un rêve, j’avais le champ libre pour cultiver mon jardin…… Pour retourner ces terres, les aérer, les enrichir en profondeur.

J’ai rangé mon passé, mes papiers, ma vaisselle, mes photos, mes succès, mes échecs, mes mémoires, mes images, mes armoires.

Un temps en couveuse pour se pencher sur ma légende personnelle, clore certains chapitres d’expériences et en affirmer d’autres.

« Par hasard », je me suis intéressée au cycles cellulaires programmés selon la théorie de Marc Fréchet. Selon lui notre vie serait la répétition d’une fenêtre temporelle autour de notre conception. Comme un écho vibratoire qui aurait son propre rythme, celui de nos cellules!

En travaillant sur mon propre cycle cellulaire, j’ai découvert le projet sens de ma naissance et sa résonnance selon des harmoniques dans le temps de ma vie*.

C’est assez bluffant comme les événements se répondent sur le calendrier de ma vie, exactement comme les points de réflexologie et l’intérieur du corps. Le temps et l’espace se réunissaient dans un point d’orgue.

Je suis épatée par cette expérience. Je suis biochimiste et la cellule est le lieu de mes premiers apprentissages. Cette même cellule, 15 ans plus tard, s’invite à ma conscience pour me révéler un cycle émotionnel vibratoire!

M’offrant une concordance parfaite avec l’énergétique et les chakras.

M’offrant une concordance parfaite entre mes activités de recherche en biochimie et celle de masseuse.

La science, le massage, l’énergétique, le macramé absolument tout ce que je fais dans la matière me ramène à la démystification du lien qui existe entre le dedans et le dehors, l’invisible et le manifesté, le corps et l’esprit, la science et la vie, le concept et l’inconscient, le savoir et le senti.

Mon projet sens?….il y a des chances

Au delà des convenances sociales, familiales, amicales, il y a des émotions. Au delà des non-dits il y a nos propres vérités à prendre en compte. Au delà de notre société, il y a des trésors d’individus.

J’ai partagé ces trois textes « terres intérieurs » pour encourager celles et ceux qui me lisent dans un cheminement personnel. En ce moment plus que jamais nous avons besoin de nous libérer de nos conditionnements et retrouver notre vibration unique.

Il me semble important de jouir de sa vie plutôt que de la payer. Il me semble important de jouer sa propre partition, plutôt que de sonner faux à côté de sa vie.

Retrouvons nos chemins intérieurs avant de revenir à l’extérieur. Mettons nous en paix dans nos histoires personnelles pour être en harmonie avec l’extérieur.

Laurence, post confinement 2020

*j’ai fortement pensé au livre « les neufs marches » d’Anne Givaudan et Daniel Meurois .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s