En passant

Péril Jeûne

Dernièrement j’entends deux potes dans mon salon prévoir leur jeûne avant Noël…. » ça va faire du bien » ils disent … mes oreilles se dressent: « ha oui un jeûne, Comment ? »

Il paraît que le jeûne c’est bon pour la santé, tout le monde s’accorde à le dire et ce depuis la nuit des temps. Mais je n’ai jamais tenté l’expérience. La théorie des jeunistes , si j’ai bien compris , dit que nous utiliserions une grosse majorité de notre énergie à digérer. En jeûnant donc, nous pourrions mobiliser notre énergie pour régénérer notre corps et ça évidemment ça m’intéresse beaucoup!!! Comme dans le monde où je choisi de vivre aujourd’hui il n’y a que l’expérience qui enseigne, je décide de saisir l’opportunité.

Le timing est parfait! Nous décidons de jeûner mes copains et moi entre la dernière pleine lune de l’année 2019 et solstice d’hiver pendant 5 jours . Cette conjonction énergétique est parfaite et justifie presque à elle toute seule ma décision de faire le jeûne. Mes potes ne sont absolument pas au courant de ce calendrier et je décide de ne pas les embêter avec mes motivations spirituelles, lunaires et énergétiques . Ils se préoccupent de leur assiette mais de là à y mêler les planètes, il y a un monde voir plusieurs, hein! De plus un autre événement vient se greffer par « hasard » sur mon calendrier, le soir du solstice je participe à un cercle chamanique de tambour . En conclusion tout est aligné, l’univers semble avoir conspiré pour faciliter mon expérience, je ne peux que dire oui à l’opportunité!

En pratique du jeûne nous commençons un dimanche. Mon dernier repas est donc le samedi soir. Dimanche midi je bois une solution saline absolument infâme, un mélange de sulfate de sodium, sulfate de magnésium et chlorure de magnésium, la purge ça s’appelle ! Je passe sur les détails techniques de l’aventure mais je sais qu’ en début de soirée mon colon est nettoyé!

Ces allers retour aux toilettes sont chronophages, je ne m’ennuie pas. Je fais ces choses! Heureusement je sais que je ne suis pas malade et je n’ai mal nulle part. Je bois de l’eau, dés que j’ai envie de manger je bois de l’eau. Le soir je me couche. Je ferme les yeux et j’imagine que je mange du bacon, j’ouvre les yeux. J’ai faim! Cette expérience est horrible, je n’y arriverai pas. Je retourne me laver les dents, je me recouche, c’est difficile et ça me fait penser à l’arrêt du tabac. Et oui j’y suis arrivée avec ce poison là donc je vais y arriver. Mais qu’est ce que je raconte là?! La nourriture n’est pas un poison…oulala je suis perdue, je m’endors.

Lundi , je bois une tisane, je bois de l’eau puis de la tisane. Je suis toujours vivante. J’ai faim, je bois de l’eau ça coupe un peu la faim. Je réalise que souvent je mange au lieu de boire. Je confondrais faim et soif ?? Je réalise aussi que d’habitude je mange parce qu’il est l’heure mais pas parce que j’ai vraiment faim. D’ailleurs ça faisait super longtemps que je n’avais pas ressenti ça, la faim!! Je me nourris selon une habitude et non un besoin alors?!

Je comprends également que je mange pour faire quelque chose, comme si c’était une activité ludique…genre  » tiens, tiens je ne sais pas quoi faire je vais manger »! (Je fumais parce que je m’ennuyais aussi parfois) et d’ailleurs tout ça en silence puisque ce lundi je prends mon corps en flagrant délit d’ouvrir la porte du frigo par réflexe! J’apprends tout un tas de truc sur mes habitudes alimentaires que je n’avais jamais questionnées….

Je note avec une certaine joie que ma bouée abdominale a fondu…un peu…. Et oui quand on ne mange pas, on maigrit!

Le mardi selon ce protocole, je me nourris de nouveau mais uniquement avec des fruits et ce pendant trois jours. Une seule sorte de fruit compose le repas et à volonté. Ce régim agirait comme reconstituant de la flore intestinale tel un probiotique. Je commence par trois bananes, au déjeuner, je prendrai 3 pommes et au dîner 2 avocats. Pour les jours suivants, je goûterai aux kakis et aux poires et de nouveaux, bananes, pommes….etc…Durant ces 3 jours, je suis assez fatiguée et puis je ne suis pas d’excellente humeur. J’ai comme l’impression qu’il y des émotions non digérées qui remontent. Cet allègement de prise de nourriture laisserait la place à un métabolisme plus émotionnel, je me dis!

Au bout du troisième jour , je suis calme, je fais à manger pour ma petite famille et je mange mes fruits à table avec eux . Je me sens forte, un sentiment de fierté flotte dans l’air, je l’ai fait!! Je suis assez étonnée d’avoir tenu la détermination.

Depuis cette expérience, j’ai perdu le goût total du café. J’en buvais tous les matins avant et force est de constater que ce n’est plus possible. Je bois un thé ou une tisane chaque jour. Je mange des fruits de façon régulière alors qu’ils pourrissaient systématiquement dans leur coupe. Je ne suis pas devenue végétarienne mais ma consommation de viande a largement diminué.

Je ne sais absolument pas si les changements dans mon alimentation suite à cette expérience me sont bénéfiques au point de vue de la santé. Je suis très heureuse d’avoir réalisé ce challenge. Je suis contente également de me nourrir plus en fonction de mes goûts qu’en fonction des mes habitudes. J’ai trouvé qu’il était enrichissant de questionner directement mon corps avec cette expérience c’est pourquoi je le partage avec vous chers équilibristes aujour’hui et croyez moi le jeûne est loin de nous mettre en péril!

Je vous souhaite de belles expériences!

Laurence Antonio